Comment faire soi-même son compost?

Le compost se pose définitivement comme l’or noir du jardinier. Issu de la décomposition des animaux, le compost, aussi appelé terreau, permet de recycler les déchets organiques et de les incorporer au sol pour nourrir de nouvelles plantes.

Qu’est-ce que le compost ?

compost

La production de compost est un phénomène totalement naturel. En effet, lorsqu’une plante dépérit et meurt, elle se décompose naturellement sur place. Ainsi, le sol se repend des débris végétaux qui deviennent de l’humus. L’on retrouve généralement ce genre de décomposition dans la forêt où le sol est recouvert de terre noire. Le sol d’un jardin perd 2 à 3 % d’humus par an.

Si le sol ne reçoit aucun apport de matière organique alors, il va rapidement s’appauvrir et ne pourra plus nourrir les végétaux. Le fait de « composter » revient alors à laisser les déchets verts du jardin et de la cuisine se décomposer de manière naturelle. Par ailleurs, il est possible de réaliser son compost dans un tas à l’air libre ou dans un composteur.

En effet, entre 6 mois et 1 an, les vers rouges de fumier et les micro-organismes du sol arrivent à transformer les déchets en un compost de couleur brun noir. Cet engrais organique se pose alors comme un véritable humus, très fertile.

Les avantages du compost

compost_cycle

Avec l’or noir du jardinier, il devient inutile d’acheter de l’engrais et de la fumure en grande quantité. En effet, le jardin propose déjà de profiter d’un engrais complet et entièrement gratuit. Par ailleurs, avec le compost, il devient plus facile de travailler le sol puisque sa structure est améliorée de manière à ce qu’il puisse stocker la nourriture pour les plantes de façon naturelle.

Les micro-organismes présents dans le compost et les autres petites bêtes régénèrent le sol et le gardent vivant, ce qui promet une bonne santé des plantes. Enfin, en ayant recours au compostage, on réduit les déchets de manière conséquente. Une bonne action pour notre vieille planète!

Comment produire du compost ?

La production de compost doit suivre quelques recommandations simples. Il doit être placé dans un endroit ombragé et bien aéré. Par ailleurs, son emplacement devra être à l’abri des grosses pluies. Un simple tas ou un composteur posé à même le sol laissera les micro-organismes et les vers de terreaux envahir les matières à décomposer. Pour cela, il faut que le compost prenne contact avec le sol.

Quels déchets mettre dans le composteur ?

042308_compost

Tous les déchets d’origine végétale peuvent être mis dans le composteur, à savoir la cendre ; la sciure ; les épluchures de fruits ; les copeaux de bois ; les légumes ; la tonte de gazon frais ou sec ; les brindilles et petites branches ; fleurs et plantes sèches non montées à graine ; les fumiers d’animaux non industriels ; les sachets de thé ou encore le marc de café et son marc de café et son filtre papier.

Quels déchets proscrire ?

Les plantes montées à graine ; les peaux d’agrumes ; les plantes malades et les restes de cuisine (de la viande, des produits laitiers ou encore du poisson) ne doivent pas être rajoutés dans le compost au risque de subir de mauvaises odeurs et attirer les rongeurs. En somme, l’utilisation de l’or noir ne présente que des avantages. En effet, il est efficace, ne dégage aucune mauvaise odeur et n’attire pas de vermines. De plus, sa réalisation est toute simple.

Postez votre commentaire +

Aucune réaction

Postez votre commentaire